Carnet d’Histoire… Du «marché gare»… à la Halle Jean Baylet

Carnet d’Histoire… Du «marché gare»… à la Halle Jean Baylet

1951

Devant les difficultés croissantes de circulation, les mardis et les jours de foires, en janvier 1951 une déclaration d’utilité publique est demandée par le maire Jean Baylet afin  de prévoir des places de dégagement, « vastes et les plus rapprochées du centre ville ».

1954

En février 1954, les marchés à la volaille, se tenant aux Allées des Fontaines, sont en progression constante. L’idée d’un marché couvert pouvant jouer le rôle de marché-gare, à l’égal de quelques marchés d’importance voisins, est avancée en conseil municipal.

Partant du boulevard de Torsiac, une avenue de 40 m de large ira rejoindre la nouvelle route nationale (déviation de la RN 113 déjà en prévision), aux abords de l’ancien pont des tramways. Restent à résoudre les épineux problèmes d’emplacement et d’aménagement.

1956

En 1956, l’emplacement en bas des Allées des Fontaines, face à la mairie provisoire : maison Delcourt, l’actuel Hôtel de Ville étant en réfection profonde, est retenu. La commodité d’accès aux éleveurs de Gascogne et de Lomagne, étant privilégiée, on propose de construire une halle couverte en partie sur l’emplacement actuel de la rue Porte-Neuve à la rue Timbrune. Sur une longueur de 400 m, une déviation devra être réalisée jusqu’au rond-point sous le jardin public, deux rampes permettront l’accès à ce nouveau marché.

1959

En janvier 1959, après étude d’autres emplacements, le conseil municipal se prononce pour une halle de 17 m de large sur 160 m de long, puis de 40 m x 75 m. Mais les difficultés d’acquérir de « mauvais terrains » nécessitant de lourds travaux retardèrent le projet. En mars 1959, le projet « Allées des Fontaines»  est abandonné. La solution la plus pertinente semble donc  être le projet « Torsiac ». En août 1959, devant l’urgence de prendre une décision, le nouveau maire, Mme E. Baylet, reprend le dossier; Jean Baylet, l’initiateur du projet étant décédé. Deux projets restent en concurrence : le projet Torsiac, et le projet Laporte, sur l’emplacement de l’ancienne usine d’allumettes. La solution Torsiac, permettant l’économie de 50 000 000 F est adoptée à la majorité de 19 voix sur 20 conseillers présents. Une déclaration d’utilité publique est demandée au préfet pour l’achat de terrains et d’immeubles. Mr Corlouer, architecte de la ville est chargé des plans et de l’élaboration du cahier des charges.
La commission du concours est composée de Mme le Maire, de MM. Téchiné et Dupenne adjoints et de M. Quinsac conseiller municipal. En décembre 1959, paradoxalement, une minorité de commerçants semble s’opposer au projet.

1960

Par arrêté du 6 février 1960, le préfet a déclaré d’utilité publique l’acquisition par la commune des terrains bâtis destinés à la construction du marché couvert. Les solutions amiables sont privilégiées, restera un seul cas d’expropriation qui se réglera plus tard par voie de tribunal. En mars 1960, les travaux peuvent donc commencer. Vingt et une entreprises ont posé leurs candidatures. Les prix varient entre 46 et 100 millions de francs (anciens !). La mairie pensait 55 millions !
Le montant total du projet s’élèvera à 85 000 000 F, comprenant l’acquisition des terrains bâtis, l’aménagement d’un parking autour de la halle et l’ouverture d’une large avenue vers les allées du IV septembre. C’est l’entreprise SOCOA qui sera adjudicataire pour les travaux de gros œuvre, maçonnerie, plomberie, canalisation et zinguerie, pose des panneaux éclairant en polyester. L’entreprise Barre Mathieu et Passedat, sera chargée de la menuiserie métallique du bâtiment.

1961

En novembre 1961, la chaussée d’accès au marché de la volaille est confiée aux Ponts et Chaussées  pour l’étude et la direction des travaux.

1962

En 1962, les travaux d’aménagement de l’ensemble seront terminés. 

Les inaugurations du marché couvert et de l’avenue Jean Baylet eurent lieu le mardi 2 octobre 1962, en présence des autorités officielles. Tôt le matin, tout le conseil municipal allait se recueillir sur la tombe du père de ce projet, Mr Jean Baylet, maire visionnaire, trop tôt disparu qui venait d’ouvrir aux Valenciens les portes de la modernité.
Vers 9h30 eut lieu l’inauguration de « l’Avenue Jean Baylet ». Ce fut le premier ruban coupé par un certain J.M. Baylet, sous le regard de sa mère, Mme E. Baylet, maire de Valence d’Agen. 
Vers 10h45, le marché était ouvert aux éleveurs qui quittèrent ainsi définitivement  les « Allées des Fontaines »…
Par délibération du 22/9/1962, le conseil municipal décidait aussi l’aménagement des 1700 m2 du marché couvert en salle des fêtes !

Puis viendront dans cet écrin, les associations sportives, les expositions, les multiples spectacles et même récemment le Cirque de Noël… ! D’autres travaux dans cette halle suivirent, insonorisation (1971), chauffage et durant le dernier trimestre 2009, la création de nouvelles toilettes par les employés du centre technique. Toujours par les employés du C.T.M, la peinture extérieure du bâtiment a été refaite en 2010-2011.

Cinquante ans après, il était donc temps de refondre le « paysage de Torsiac »…

© Copyright - Mairie de Valence d'Agen - Création - Webmaster service Communication / Informatique - communication@valencedagen.fr - Enfold WordPress Theme by Kriesi